+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

Etats de l'artifice

Victor Alimpiev, Olga Chernysheva, Chto Delat, FFC, Nikolay Oleynikov

/ 8 octobre 2010 - 2 janvier 2011 /

Etats de l’Artifice : une proposition d’Elena Sorokina réunissant des artistes qui pratiquent le film et la vidéo, organisée dans le cadre de l’Année France - Russie 2010.

Dans leurs œuvres ces artistes et collectifs recourent à des situations théâtrales scéniques. Certaines des vidéos citent explicitement le théâtre ou intègrent la danse, d'autres partent de "performances trouvées". Des dispositifs dramatiques activent la réflexion formelle qui caractérise toutes ces œuvres produites entre 2003 et 2010. Si les années 90 ont célébré la liberté retrouvée (du moins, en apparence), par une expression violente et des performances radicales, de nombreux artistes utilisent aujourd’hui d’autres stratégies, incorporant souvent des références aux événements et aux styles du passé soviétique.

Filmées dans un contexte proche du documentaire, des performances accidentelles sont (re)cadrées, par Olga Chernysheva. Son travail vidéo réflexif et poétique, évoque souvent des scènes de genre. L’artiste utilise l’imagerie archétypale et les canons visuels soviétiques des performances collectives, telles que les manifestations et les célébrations publiques populaires. Mais sa caméra s’intéresse aux échecs des artifices d’aujourd’hui, révélant les mutations de l’ordre symbolique tant ancien que nouveau.

Dans les films de Victor Alimpiev, la tension évolue entre le titre et la visualité rigoureusement construite, toujours dirigée méticuleusement, et basée sur le travail de danseurs/performeurs professionnels. Portant des allusions subtiles a une iconographie classique, des titres comme  Fouler la glèbe, ou Faible Front Rouge sont traduits dans des mouvements collectifs dramatisés. En interaction permanente avec la caméra, le geste le plus léger des performeurs résulte d’une tension constante et persistante de collaboration et de coordination.

Le collectif FFC met en scène des rencontres improbables et des dialogues impossibles, entre des danseurs de ballet et des chômeurs, ou entre deux générations débattant de l’usage de l’héritage communiste. Très souvent, leurs vidéos débutent par des workshops au cours desquels les participants deviennent « acteurs ». Mises en scène pour la caméra, ces formes permettent au groupe d’enquêter sur la résonance actuelle des mythes soviétiques.

Le collectif Chto Delat crée également pour la caméra, des pièces de théâtre soulignant ainsi l’artifice de leur production. Leurs vidéos suivent assez fidèlement la conception brechtienne du « théâtre épique» : la caméra n’autorise aucune illusion, montrant les détails de construction des décors. Le choix de cette esthétique est dicté par la position artistique du groupe : dans leurs interprétations, les événements du passé ou du présent qu’ils évoquent ne sont ni des drames ni des tragédies mais plutôt des Lehrstucke, pièces didactiques dont on attend un bénéfice pour le spectateur.

 Plutôt que d’aborder un thème particulier, l’exposition explore des pistes de réflexion. Elle met, d’une part, en relief la conscience engagée des artistes à l’égard de traits spécifiques de l’histoire soviétique, explorant ses conflits et ses correspondances (récits, films et images caractéristiques de la culture de l’URSS). Le spectateur est ainsi invité à éprouver des événements du passé comme s’il s’agissait d’expériences nouvelles.

Le projet révèle, d’autre part, la fascination actuelle pour le pouvoir transformateur du théâtre et sa capacité à parler du présent, parfois décrit comme "fiction du présent" ou "artifice du présent". 

L'accrochage de États de l'Artifice  évoluera au cours de l'exposition, en suivant une temporalité choisie par Elena Sorokina, commissaire invitée et les artistes.

/ À voir aussi /
Lucio Fontana

Lucio Fontana

/ 25 avril – 24 août 2014 /

En savoir plus Acheter votre billet

/ Informations pratiques

Horaires
Ouvert du mardi au dimanche
de 10h à 18h

Entrée GRATUITE

Le musée fermera les 24 et 31 décembre 2010 à 17h (fermeture des caisses à 16h15)

Le musée sera fermé le 11 novembre, le 25 décembre 2010 et le 1er janvier 2011.