+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

collection / RAOUL DUFY

Né le 3juin 1877 au Havre, Raoul Dufy suit dès 1893 les cours du soir du peintre Charles Lhullier à l’école municipale des Beaux-Arts du Havre. Il obtient en 1899, une bourse de la ville du Havre qui va lui permettre d’étudier, et d’être admis dans l’atelier de Léon Bonnat à l’école nationale des Beaux-Arts de Paris. Où il s’installe avec son ami et compatriote du Havre, Emile Othon Friesz.

Raoul Dufy expose pour la première fois, en 1901, au Salon des Artistes Français. Deux ans plus tard, il participe à une exposition de groupe dans la nouvelle galerie de Berthe Weill à Montmartre, où il exposera régulièrement les années suivantes. La même année, il participe au salon des Indépendants. Il y est remarqué par la critique qui décèle « un coloriste de tempérament ». A cette occasion il rencontre Georges Braque, avec qui il participera en 1906, ainsi qu’avec Derain, Manguin, Matisse et d’autres, à l’exposition du cercle de l’art moderne organisée par Friesz au Havre. Rejoint par Marquet, ils partagent une saison de peinture sur la côte normande (Trouville, Sainte-Adresse) et peint une série de rues pavoisées et de scènes de plage.

En 1911, Raoul Dufy s’installe dans un atelier de Montmartre, qu’il garde jusque sa mort. Il y produit divers travaux décoratifs pour Paul Poiret. Période à laquelle, Dufy affirme pleinement des moyens plastiques très personnels – aisance dans la couleur, vitesse d’exécution, vitalité du trait. L’année suivante l’artiste s’engage pour un contrat de trois ans avec la firme Atuyer-Bianchini-Férier, pour qui il fournit des projets à la gouache et à l’aquarelle pour des tissus réalisés par l’atelier de Tournon. Collaboration qui se renouvelle en 1919, et qui dure jusqu’en 1928.

La première rétrospective de son œuvre se tient en 1921 à la galerie Bernheim-Jeune, mais ce n’est qu’en 1932 que l’un de ses tableaux « Paddock à Deauville » entre dans les collections nationales, offerte par l’association Les Amis des Artistes Vivants au musée du Luxembourg.

Au cours des années 1930, Dufy est régulièrement sollicité pour composer des décors privés ou publics : L’Itinéraire de Paris à Sainte-Adresse et à la mer pour la salle à manger du Dr Viard à Paris (1933), les décors et costumes de Palm Beach (1933) pour les ballets du Comte de Beaumont, ou le projet en 1935 du décor de la piscine du paquebot Normandie, finalement non retenu. C’est l’année 1934 que Raoul Dufy adopte définitivement le « médium » mis au point par le chimiste Jacques Maroger donnant à la peinture l’apparence de spontanéité et de transparence de l’aquarelle.

En 1936, il reçoit deux commandes importantes dans le cadre de l’Exposition internationale des arts et des techniques dans la vie moderne prévue en 1937 : en juin, avec Friesz, celle du bar fumoir du nouveau Théâtre du Palais de Chaillot ainsi que le décor du Pavillon de l’Electricité et de la lumière édifié par Mallet Stevens sur le Champ de Mars. Le programme est promotionnel : « Mettre en valeur le rôle de l’électricité dans la vie nationale » et s’appuie sur la grande aventure de l'électricité de L'Antiquité aux applications scientifiques du XXème siècle que vient illustrer, au centre du projet, la centrale électrique d’Ivry sur Seine couronnée par les dieux de l’Olympe. Offerte par Électricité de France, cette décoration monumentale intitulée « La Fée électricité » est installée au Musée d’Art Moderne en 1964.

C’est au cours de l’année 1937, que Raoul Dufy ressent les premières atteintes de la polyarthrite, qui le forcent à se réfugier dès 1940 dans le sud de la France, où le climat sec convient mieux à sa santé. Dufy s’installe en 1946 dans un nouvel atelier à Perpignan, où il commence sa peinture unitonale. Dès le début des années 50, sa maladie l’oblige à suivre un traitement à la cortisone proposé par le professeur Homburger à Boston.

En 1952, Raoul Dufy représente la France à la XXVIe biennale de Venise, dont il remporte le prix. Suivi par sa première exposition rétrospective de son œuvre au musée d’Art et d’histoire de Genève,

La même année, Raoul Dufy s’installe à Forcalquier, dans l’espoir que le climat soit propice à sa santé. Il succombe à sa maladie l’année suivante et meurt le 25 mars 1953, alors âgé de 75 ans.

Agenda du service culturel

/ Informations pratiques

11 avenue du Président Wilson
75116 Paris
Standard : 01 53 67 40 00

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h (fermeture des caisses à 17h15)
Nocturne, pour les expositions temporaires, le jeudi jusqu'à 22h (fermeture des caisses à 21h15).

Attention, les 24 et 31 décembre 2014, le musée fermera ses portes à 17h.
Le musée sera fermé le 25 décembre 2014 et le 1er janvier 2015.

Collections permanentes gratuites

Toutes les informations pratiques
Recevez la newsletter du MAMVP